Aller au contenu
Accueil » La température, un paramètre clé pour le bon fonctionnement d’une carte graphique

La température, un paramètre clé pour le bon fonctionnement d’une carte graphique

La température est un élément primordial pour assurer les performances optimales d’une carte graphique. En effet, lorsque celle-ci monte trop haut, cela peut entraîner des problèmes de stabilité, des baisses de performances, voire des dommages irréversibles. À l’inverse, des températures trop basses peuvent également poser problème. Dans cet article, nous allons voir en détail l’impact de la température sur les GPU et comment l’optimiser.

Qu’est-ce qu’une température élevée pour un GPU ?

Les fabricants de GPU comme Nvidia ou AMD définissent généralement une limite maximale de température autour de 95-100°C. Au-delà, le GPU est en situation de surchauffe et va commencer à throttler ses performances pour éviter d’être endommagé. Cependant, atteindre ponctuellement ces températures n’est pas dramatique si le GPU revient rapidement à une plage normale.

Dans les faits, nous vous conseillons de considérer qu’à partir de 85°C, la carte graphique commence à entrer dans une zone problématique. Passé ce seuil, vous risquez d’observer des baisses de performances liées au throttling. De plus, une exposition prolongée à des températures élevées diminue la durée de vie des composants.

Enfin, gardez à l’esprit que la température maximale supportée dépend aussi du modèle précis de GPU. Certains seront plus sensibles que d’autres aux fortes chaleurs. Il est donc prudent de toujours vérifier les spécifications du constructeur.

Voir :  Explorons le Modèle de Langage GPT et ses applications dans l'IA

Les signes d’une surchauffe GPU

Voici les symptômes qui doivent vous alerter :

  • Fortes chaleurs au toucher au niveau du GPU
  • Baisses soudaines des FPS en jeu
  • Ecran figé ou textures corrompues
  • Ventilateurs tournant à plein régime de manière prolongée
  • Crashs et freezes fréquents

Si vous constatez plusieurs de ces problèmes, il est temps de surveiller attentivement les températures !

La zone de température optimale pour profiter des performances maximales

Bien que les GPU puissent tolérer ponctuellement des pointes jusqu’à 90-100°C, leur plage de température optimale pour un fonctionnement stable se situe plus bas :

  • Au repos : 30 à 50°C
  • En jeu : 60 à 80°C
  • En charge maximale (rendering, édition vidéo…) : 70 à 85°C

Dans ces plages, vous êtes assuré que la carte graphique délivrera 100% de ses capacités. Au-delà, le risque de throttling augmente significativement, entraînant des pertes de performances.

Bien sûr, atteindre les températures idéales nécessite un bon système de refroidissement et un boîtier bien ventilé. Nous y reviendrons plus loin dans l’article.

L’impact du throttling sur les performances

Lorsque le GPU surchauffe, il va automatiquement brider certaines de ses fonctionnalités pour réduire sa consommation énergétique et donc sa température :

  • Diminution des fréquences CPU et mémoire
  • Sous-alimentation en tension
  • Désactivation temporaire de cœurs CUDA ou compute units

Ces mesures de protection ont un impact direct sur les performances. On peut observer des baisses de 10 à 30% des FPS dans les jeux, ainsi qu’un ralentissement conséquent des tâches gourmandes comme le rendu 3D ou l’édition vidéo.

Il est donc impératif de maintenir le GPU dans sa plage optimale de température pour exploiter tout son potentiel.

Les outils pour surveiller efficacement les températures

Avant toute chose, il vous faut un moyen fiable de monitorer les températures de votre carte graphique. Voici les principaux outils à votre disposition :

Les utilitaires des fabricants

Chaque marque propose son propre logiciel pour surveiller finement les GPU :

  • Nvidia System Monitor
  • AMD Radeon Software
  • MSI Afterburner
  • Asus GPU Tweak II
  • etc.

Ils ont l’avantage de fournir des données précises et détaillées sur la carte. Ils permettent aussi d’agir rapidement en modifiant la vitesse des ventilateurs par exemple.

Voir :  Exploration approfondie des variateurs de vitesse

Les surveillants système

Des utilitaires multi-fonctions comme HWMonitor ou HWInfo64 affichent les températures de l’ensemble des composants, dont le GPU. Très pratiques pour avoir une vue d’ensemble.

Le gestionnaire des tâches Windows

Sous Windows 10 et 11, le gestionnaire des tâches intègre un onglet performances avec des graphiques de température en temps réel. Pas le plus détaillé mais déjà très informatif.

N’hésitez pas à tester plusieurs outils pour trouver celui qui vous convient le mieux. L’idéal est d’en avoir un d’ouvert en permanence lors des sessions de jeu ou de travail intensif sur le GPU.

Les solutions pour refroidir un GPU surchauffé

Lorsque votre carte graphique montre des signes de surchauffe, il est temps d’agir ! Commençons par les solutions simples et non invasives :

1. Nettoyer la poussière

L’accumulation progressive de poussière dans le boîtier et sur le GPU bloque la dissipation de chaleur. Un bon nettoyage s’impose. Utilisez une bombe à air comprimé et des cotons-tiges pour déloger en douceur les particules.

2. Améliorer la ventilation du boîtier

Vérifiez que les entrées et sorties d’air ne sont pas obstruées. Rajoutez des ventilateurs si nécessaire, et optimisez leur position pour un flux d’air efficace. Un boîtier bien ventilé change tout.

3. Ajuster la vitesse des ventilateurs du GPU

Augmentez manuellement la vitesse des ventilateurs de la carte graphique pour évacuer plus efficacement la chaleur. Les utilitaires des fabricants le permettent.

4. Undervolting

En diminuant légèrement la tension du GPU, on réduit sa consommation électrique et donc sa production de chaleur, sans impacter les performances.

Si ces manipulations ne suffisent pas, il faudra passer à des solutions plus lourdes :

5. Changer la pâte thermique

Au bout de 2 ans d’utilisation, il est recommandé de remplacer la pâte thermique du GPU pour restaurer un transfert de chaleur optimal vers le dissipateur. Une opération délicate à réaliser soi-même.

6. Modifier le système de refroidissement

On peut remplacer le système de refroidissement d’origine par un modèle plus performant. Le top du top reste évidemment le watercooling, mais c’est un investissement important.

Avec ces différentes solutions, vous devriez parvenir à dompter des températures rebelles. Mais cela passe aussi par une bonne compréhension des facteurs environnementaux.

Voir :  Comment la réalité augmentée va transformer notre façon de travailler et de jouer

L’impact du boîtier et de l’environnement sur la température

Le refroidissement d’un GPU ne dépend pas que du système de ventilation interne. D’autres éléments sont à prendre en compte :

L’aération du boîtier

La forme, la taille et les possibilités de ventilation du boîtier ont un rôle crucial. Privilégiez des boîtiers spacieux avec des grilles d’aération généreuses.

Le positionnement du boîtier

Évitez de l’encastrer dans un meuble fermé. Laissez de l’espace autour pour faciliter la circulation de l’air. L’idéal est sur un bureau dégagé.

La température ambiante

Dans une pièce chaude, le refroidissement sera moins efficace. Pensez à climatiser si besoin. Et maintenez le boîtier à l’écart des sources de chaleur.

La poussière

En encrassant les ventilateurs et dissipateurs, la poussière bloque l’évacuation de la chaleur. Nettoyez régulièrement le PC.

En optimisant tous ces points, vous faciliterez grandement la tâche de votre système de refroidissement.

Les précautions à prendre en cas de forte chaleur

Lors d’une canicule, il est risqué de solliciter trop intensément son GPU. Voici quelques précautions à prendre par temps très chaud :

  • Limitez votre usage gaming aux heures les moins chaudes
  • Baissez les réglages graphiques des jeux pour alléger la charge GPU
  • Faites une pause si la température dépasse 80°C
  • Surveillez en permanence les températures
  • Maintenez la pièce fraîche avec ventilateur ou climatisation
  • Dégagez un maximum l’espace autour du boîtier

Il est préférable d’éviter le mining et le rendu 3D pendant une canicule. Et restez vigilant, une température ambiante élevée réduit significativement les capacités de refroidissement.

Le cas des PC portables

Les PC portables sont encore plus sensibles à la chaleur ambiante du fait de leur design compact. En cas de fortes chaleurs :

  • Placez le portable sur une surface dure qui facilite les transferts thermiques
  • Surélevez l’arrière pour améliorer la ventilation
  • Utilisez un refroidisseur externe en dessous du châssis
  • Désactivez le mode Turbo du processeur

Et évitez de jouer directement sur vos genoux, cela bloque les entrées d’air !

Comment maintenir des températures idéales sur le long terme

Pour garantir la longévité de votre GPU, il est essentiel de maintenir des températures optimales dans la durée. Voici nos conseils :

Surveillez régulièrement les températures

En monitorant votre GPU, vous détecterez rapidement toute dérive anormale avant l’apparition de dommages.

Nettoyez le PC en profondeur tous les 6 mois

Passage obligé pour éliminer la poussière qui s’accumule partout dans le boîtier et colmate les dissipateurs.

Changez la pâte thermique tous les 2 ans

La pâte thermique finit par durcir et perdre en efficacité. Un remplacement régulier est recommandé.

Assurez une bonne ventilation du boîtier

Optimisez le flux d’air interne et externe. Un boîtier bien ventilé change tout.

Faites des pauses régulières en jeu

Coupez le GPU pendant 5-10 minutes toutes les heures pour laisser les températures redescendre.

En appliquant ces bonnes pratiques, votre carte graphique fonctionnera de manière optimale pendant de longues années. Vous éviterez ainsi throttling, instabilités et pannes prématurées.

Nous espérons que cet article complet vous a permis de mieux comprendre les enjeux des températures GPU. N’hésitez pas à mettre en application nos conseils pour booster les performances et la longévité de votre précieuse carte graphique !